Rachid Ben Othman

Accueil » Politique » Tunisie : Les municipalités se mêlent de la forme de vos slips et des couleurs de vos caleçons

Tunisie : Les municipalités se mêlent de la forme de vos slips et des couleurs de vos caleçons

Archives

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

13567417_1196166110427691_7307314269880942225_n

Municipalité de Tazarka

Par Rachid Ben Othman  – 6 juillet 2016 – 

Il ne se passe pas un jour dans ce pays sans qu’il n’apporte son lot de surprises , d’absurdités et de catastrophes qui vous font tourner la tête et vous font  gerber. Les islamistes ont envahi tous les secteurs à tel point qu’on cherche aujourd’hui des gens saints d’esprits et équilibrés de la base au sommet de l’Etat.

Nous voilà  aujourd’hui en face de municipalités qui se transforment  en comité pour le commandement de la vertu et la répression du vice (هيئه الأمر بالمعروف و النهي عن المنكر). Fini le temps ou ces municipalités veillaient au bien être du citoyen lui garantissant la propreté des villes et des plages entre autre car aujourd’hui elles veillent à ce que les tunisiens ne tombent pas dans la « débauche »  et la dissolution et le relâchement des moeurs en les avertissant  à travers des panneaux fixés un peu partout comme celui sur la photo  représentant la municipalité de Tazarka (gouvernera de Nabeul) ,et des écriteaux à connotation religieuse de s’écarter du « haram » : du jamais vu en Tunisie ! Ces islamistes ou je dirai encore tous ce s faux culs qui les suivent considèrent  les libertés individuelles, garanties par tous les droits universels, de la débauche et un mal qui mène à la  « dégénérescence » de la société. Si la Tunisie est entrain de combattre le terrorisme armée je pense qu’il faut aussi combattre cette forme de terrorisme qui à mon sens est plus dangereuse car elle agit à long terme un poison à libération prolongé.

 

Je trouve qu’il est  toujours utile de rappeler  que le programme de ces islamiteux est bien de plonger tout  le pays dans l’obscurantisme, l’ignorance et la faillite économique, déjà qu’il est frappée par toutes sortes d’épidémies je vous cite le voile, le nikab, la prêche et le prosélytisme , les écoles coranique  et même l’enseignement étatique qui s’est lui aussi  mis à l’endoctrinement des enfants, les émissions tv et radio sur la « médecine » coranique et l’exorcisme, la rokia, le charlatanisme et la voyance, mais surtout le terrorisme,  toute une panoplie de supports efficace afin de mener à bien ce dangereux projet.

Vous voulez savoir pourquoi on est arrivé à ce stade de chaos dans le pays ? tout simplement parceque la majorité l’a voulu et l’accepte, plus de 80% des tunisiens s’en foutent de ce qui se passe dans le pays et je reste optimiste avec ce chiffre, chacun est dans son coin bien nourri d’indifférence et de passivité, la nonchalance et le laxisme ont envahi les gènes, tous se vantent de patriotisme et soit disant pleurent pour leur pays mais en vérité ils font tout pour le détruire. Les politiques ne sont pas les seuls coupables de cette descente en enfer, les vrais coupables aussi sont ceux qui regardent et acceptent le mal sans intervenir pour le stopper. J’ai toujours dit que la Tunisie a commencé à plonger dans les abîmes le jours ou j’ai vu toutes ce femmes adopter l’étendard des obscurantistes, alors j’ai compris que le coup d’envoie du malheur et de l’écroulement et de la déconfiture a été donné. Il faut savoir que l’annihilation d’une société démarre toujours par l’effacement de la femme.

Publicités

10 commentaires

  1. Samira Choubana dit :

    Dans ce pays qui était le mien, les gens ne jetaient pas leur poubelle dans la rue.
    Dans ce pays qui était le mien, on demandait un permis de bâtir avant tout projet de construction .
    Dans ce pays qui était le mien, les femmes pouvaient sortir en short, en mini jupe sans être inquiétées, elles prenaient les transports en commun sans être harcelées.
    Dans ce pays qui était le mien, les jeunes désespérés ne s’immolaient pas par le feu.
    Dans ce pays qui était le mien, les jeunes désabusés ne se rabattaient sur le djihad.
    Dans le pays de mes ancêtres, on allait à la mosquée pour prier, pour faire l’aumône et pour méditer.
    Dans ce pays qui était le mien, l’unité nationale n’était pas un gouvernement auquel on appelle.
    Dans ce pays qui était le mien, on mettait les ennemis de la patrie en prison, pas au pouvoir.
    Dans ce pays que je ne reconnais plus, les organisations caritatives n’avaient pas pour tâche de financer le terrorisme.
    Dans la Tunisie où j’ai grandi, l’Etat s’écrivait avec un E majuscule .
    Dans les institutions où j’ai enseigné pendant 40ans, on ne fêtait pas la fin de l’année avec un tabbel et un zakar, on n’offrait pas aux lauréats un chapelet et un tapis de prières et les parents ne payaient pas pour la fraude de leurs enfants au bac,
    Dans la Tunisie de ma jeunesse, les lois étaient faites pour être respectées.
    Dans la Tunisie où j’ai vieilli, on n’assassinait pas un militant pour sa liberté de parole.
    Dans ce pays que je ne reconnais plus, quand les syndicats appelaient à une grève de solidarité ce n’était pas pour défendre un collègue emprisonné pour malversation avérée.
    Dans ce pays où je me sens perdue, les mafieux se faisaient discrets et ne venaient pas se pavaner sur les plateaux télé.
    Dans le dictionnaire du vert pays qui était le mien, on ne trouvait ni nikah, ni khiten el banet, ni koffar,, ni nikab.

    Ma Tunisie n’était peut-être pas le pays des merveilles, mais je l’aimais, elle me ressemblait.
    Aujourd’hui, je me sens étrangère, je me sens apatride, je pleure ce pays qui n’est plus le mien!
    Samira Choubana

  2. mabrouk IDOUDI dit :

    Je suis d’accord avec vous;Et je pense qu’il faut interdire par une loi expresse l’immixion dans la vie privée des citoyens;non seulement pour les municipalités mais aussi pour toute autre instance administrative,politique ou religieuse!?…Et c’est d’abord des prérogatives des organisations de défense des droits de l’homme.Amon avis il faudrait vilipender energiquement ces pratiques et saisir d’urgence la L.T.D.H.

  3. Gouiaa salah dit :

    Ce panneau date depuis 10 ans même avant le 14 janvier pour dire que même au temps de zaba y as du respect et a vous d interpréter ce panneau je suis de tazarka.

  4. Trabelsi Isabelle dit :

    Depuis quand ce panneau est-il là? Certains disent depuis 10 ans… Il serait temps de le remplacer… Par un appel au respect de l’environnement et des gens.

  5. Moncef Bouabid dit :

    Le commentaire de Mme Samira est éloquent et touchant
    C’est la triste vérité: le pays semble s’endoctriner et retourner vers le conservatisme et l’obscurantisme. Espérons que l’oeuvre de l’école Bourguiba et l’esprit qu’elle a apporte, finira par se maintenir. A nous de militer dans ce sens.

  6. ahmed NSIBI dit :

    Autant Je méprise ce genre de pancarte, autant Je déteste l’amateurisme et l’ignorance de certains. Cette pancarte a été installée durant l’ère Ben Ali et a été vue par bon nombre de ministres et secrétaires d’Etat pré et post 14 Janvier 2011. L’auteur doit se mêler d’autres choses. A bon entendeur. Merci…

    Aram BELHADJ

    • ça n’a aucune importance que ce panneau existait depuis longtemps Ben Ali n’était pas mieux que ceux qui sont aujourd’hui là lui aussi a usé de la religion , l’analyse comporte un état d’esprit qui sévit dans le pays et qu’elle doit changer et respecter les libertés individuelles l’Etat n’a pas à s’occuper de la vie privé des gens surtout les municipalités ce serai l’anarchie totale et c’est ce que nous vivons durant ces dernières années avec ces comportements qui ne font qu’aider à la ruine le pays chose bien étudiée par les islamistes pour asseoir leurs autorités et mettre en place le régime théocratique tant rêvé

  7. Après l’apparition de cet article la la municipalité de Tazarka a mis un deuxième panneau ou c’est écrit:
    « La plage est pour tous et tous pour une plage sécurisée et propre »

    tout ça pour leurrer l’opinion publique et faire semblant d’avoir changer le panneau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Rachid Ben Othman on WordPress.com