Rachid Ben Othman

Accueil » Politique » Youssef Chahed: discours populiste par excellence. Assez de nous prendre pour des cons !

Youssef Chahed: discours populiste par excellence. Assez de nous prendre pour des cons !

Archives

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

chahed-326x235

Par Rachid Ben Othman 

Ce matin à L’ARP ouverture de la séance du vote du nouveau gouvernement par des versets coraniques règlement islamiste oblige. Comme la religion se base entre autre sur les signes ce show ridicule n’est que pour nous rappeler le caractère islamiste du régime et surtout pour faire chier tous ceux qui appellent à la séparation du religieux et de la politique, ceci  d’une part d’autre part le discours du nouveau chef de gouvernement oscille entre le populisme et la description de la situation dans le pays jouant sur les registres de l’émotion et du choc mais c diagnostic annoncé nous le connaissons tous depuis longtemps je dirai même qu’il n’a vraiment pas tout dit, et le plus important c’est de se poser la question si Youssef Chahed a les moyens de résoudre ces montagnes de problèmes accumulés durant ces dernières années qui constituent un crime contre ce peuple et ce pays ? Dès le départ je dirai que non on ne joue  pas une partie d’échec avec des pièces d’un jeu de dames.
Le hic c’est de faire porter le chapeau de cet échec et cette catastrophe que nous vivons au peuple et là c’en est est vraiment trop ! A ma connaissance ce n’est pas le peuple qui tient les commandes du navire et il est facile de jeter la responsabilité aux autres quand on est incompétent, faible, entouré de traitres et de vendus.
Youssef Chahed vous annonce des années des braises et c’est logique après la mise du pays à plat ventre par tous ces présents dans l’hémisphère du Bardo , il appelle à l’austérité et à la lutte contre le terrorisme et la corruption et là aussi ça ne me fait que rire tout simplement parce-qu’il nous prend pour des cons, peut-on réparer une machine avec des pièces défectueuses ou encore construire sur des ruines ? Bien sûr que non ! Et c’est bien le cas ici, YC veut encore combattre le terrorisme avec les terroristes comme son ministre des affaires religieuses et la secte Nahdha en général, et il veut éradiquer la corruption avec les plus corrompus et je ne parle pas des membres de ce nouveau gouvernement qui comporte certaines personnes au dessus de tout soupçon mais surtout des entourages. Finalement je dirai que l’on est pas sorti de l’auberge et la rentrée s’annonce chaude,  les tunisiens ne sont pas prêts à payer la facture de tous ces crimes alors que les vrais criminels jouissent de l’impunité totale dans un pays sans justice ou toute son administration est pourrie jusqu’à la moelle. Rendez-vous dans deux mois

 

Publicités

3 commentaires

  1. Giulio dit :

    Tu as, comme presque toujours dans tes critiques, parfaitement raison, l’ami Rachid. Depuis quelques jours m’appert toutefois un élément qui pourrait jouer en faveur d’un mieux, à condition que l’opposition progressiste parvienne à l’exploiter en vue des prochaines élections législatives (je sais, c’est encore loin, mais il n’est pas possible pour l’heure de jouer aux records de vitesse) et de flanquer aux islamistes une raclée contre laquelle celle de 2014 n’aura été qu’un timide avertissement. Les faits :

    1° 2011 victoire de Nahdha, dont la plupart ignorent encore l’affairisme, les népotismes, la toxicité, l’arrivisme, la soif de revanche aveugle, la volonté d’imposer islam politique et charia, ainsi que son alliance avec les dangereux Frères Musulmans (bannis même par plusieurs pays musulmans). Mais 3 années de gouvernances diverses, (lâchage de bandes de jeunes salafistes sur les villes et le unversités, meurtres politiques et détournement de fonds sous divers gouvernements, troïka et présidences) suffiront pour assurer un triomphe au premier beau-parleur venu et une plus que honnête victoire à son parti, pourtant parti de presque rien. Je crois encore aujourd’hui que si, à ce moment là, tu t’étais présenté en lieu et place de BCE, tu aurais également gagné haut la main la présidentielle. (Il y a des moments et de opportunités qu’il faut savoir saisir: elles ne courent pas les rues).

    2° Ghannouchi, le fin renard et seul politique tunisien d’envergure connu depuis Bourguiba, prévoit sa défaite et accorde d’avance son soutien (apparent – rdz-vous de Paris 14 août 2013) à BCE, du moins pour quelque temps, car il voit bien que Nahdha doit se refaire une santé dans l’opposition. Il sera d’autant plus à l’aise dans ce rôle qu’il a déjà profité de 3 années de gouvernance pour accumuler un confortable trésor «de guerre» et pour infiltrer la plupart des administrations de créatures à lui, pratiquement inamovibles, ce qui assure aux islamistes un contrôle de fait (pour le moins majoritaire) de la vie publique.

    3° Fin 2014 BCE triomphe, Nidaa obtient la majorité et les gens de Ghannouchi commencent leur travaille de sape, mais profil bas, en vue des prochaines élections législatives, où il prévoit de balayer Nidaa. Mais l’affaire d’Essebsi junior et l’éclatement de Nidaa fournissent à Nahdha une trop belle occasion de reprendre la main. Moi je pense que le Gourou eût bien attendu encore un peu que Nahdha se refasse vraiment cette virginité proclamée lors de son congrès, et qui devait notamment séparer la politique de la religion pour faire de Nahdha une sorte de Democrazia Cristiana à la musulmane. Malheureusement, nombre de membres de son parti est trop impatiente et refuse d’attendre encore, lorsque le Ciel et la connerie de Essebsi & Fils & Cie procurent à Nahdha une majorité parlementaire imméritée, et veulent retrouver le pouvoir… sans savoir que…

    4° … et c’est là, que l’opposition progressiste aura de nouveau sa chance (peut-être la dernière), de voir les islamistes s’empêtrer de nouveau dans des ministères sans aucune possibilité de succès. J’ai en effet l’impression, qu’avec tous les lobbies, les mafias et les syndicats qui se sont constitués et ont grossi depuis 2011, aucun ministre qui veuille aller de l’avant et apporter de vraies améliorations, ne peut y parvenir sans bousculer de nombreux nouveaux privilèges et se faire de nombreux ennemis. La condition sine qua non d’une « survie » assez longue pour travailler à long terme et ne pas devoir se contenter d’une gestion a minima, c’est d’avoir un authentique soutien de son chef de gouvernement et du président. Or, cela – je regrette de le dire – n’a pas encore été le cas depuis 2011 et, hélas, encore moins depuis début 2015. C’est dire que l’impatience des nahdhaouis à retrouver le pouvoir, replongera d’ici un an ou deux le parti islamiste dans un discrédit encore pire qu’en 2013-14. Ce sera votre chance, à tes amis et à toi, Rachid. Certes, je peux me tromper, aussi te fais-je confiance pour rectifier/redresser, avec ta connaissance de la politique tunisienne, tout ce qu’il faut là où il faut.

    • Notre élite suit le courant elle aussi et d’après ce que je constate et suite à cette investiture presque tous mènent la même danse je ne sais pas qui demeure encore pragmatique et rationnel dans ce pays

  2. amel dit :

    Si vous croyez être un bon analyste politique Rachid critiquer c’est bien mais avez vous proposer des solutions concrètes pour sortir de la crise? Alors cessez d’empoisonner le média de propos negatifs et pecimistes . bonne chance à Youssef echahed vous aurez tout le soutien Fès patriotes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Rachid Ben Othman on WordPress.com